Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poutine

  • Disparition de Christophe de Margerie, à qui bénéficie cette disparition ?

    Poutine et de Margerie.jpgAlors qu'il revenait d'un important rendez-vous avec le Premier Ministre russe, Dimitri MEDVEDEV, le PDG du groupe Total, Christophe de MARGERIE a trouvé la mort, ainsi que l'équipage, dans un accident d'avion à l'aéroport moscovite de Vnukovo dans la nuit du 20 octobre 2014.

    Par delà la tragédie en laquelle consiste la mort de Mr de MARGERIE et de l'équipage de l'avion qui le transportait, il n'est pas inutile de s'interroger sur les faits, les circonstances et les conséquences de la disparition du Pdg de TOTAL. 

    Christophe de MARGERIE revenait vers la France d'un important rendez-vous avec le Premier Ministre russe MEDVEDEV. Authentique ami de la Russie, Mr de MARGERIE était unanimement apprécié à Moscou pour son franc-parler, pour sa bonhommie et pour ses immenses compétences en matière énergétique.

    Par cette disparition la France perd un grand capitaine d'industrie, le numéro UN de la première société française et 11ème mondiale, et une référence dans le domaine de l'éco-diplomatie. La Russie perd aussi un puissant allié, car Total représente un formidable exemple de coopération, surtout dans le domaine de l'exploration et de la haute technologie pétrolière.

    Car, en effet, Total était la seule entreprise occidentale capable d'apporter un savoir-faire à la Russie dans le domaine de l'exploration en terrains difficiles (eaux profondes, rudesse du climat...) et il serait peut-être nécessaire de relier la capacité industrielle de Total, -seul possible partenaire occidental-, aux projets de prospection et d'extraction dans la zone artique.

    En résumé, la proximité de Total et de Mr de MARGERIE avec les dirigeants politiques et industriels russes ne faisait pas que des heureux dans le domaine pétrolier. Et il est fort probable que dans certaines tours de verre on ne s'afflige pas trop de la mort de "Big Moustache".

    Les circonstances immédiates de l'accident sont elles aussi particulières. Un engin de déneigement curieusement stationné au milieu de la piste d'envol alors que la neige tombée la nuit précédente avait fondu depuis longtemps et que les conditions météorologiques étaient satisfaisantes pour effectuer des mouvements aériens sans procédures particulières ouvrent différentes questions..

    Le déchaînement médiatique qui a suivi l'annonce de l'accident peut paraître lui-aussi suspect. 

    Sans la moindre preuve, alors que l'enquête n'avait pas encore débuté, des chroniqueurs et de soudains "spécialistes" se sont relayés sur les ondes et sur le papier pour expliquer à la populace (lecteurs et auditeurs) que le conducteur de l'engin était ivre et que les techniciens de la tour de contrôle ne comprenaient pas l'anglais. Sans oublier de comparer la piste de l'aéroport de Vnukovo aux tranchées de Verdun.

    Certains, dans leur "mission d'information" n'ont pas hésité à souligner que l'alcoolisme est une généralité et que l'inconséquence des autorités et techniciens aéroportuaires étaient de notoriété publique sur tout le territoire russe. Il n'a manqué que les ours qui traversent les pistes pour compléter le catalogue des caricatures sur lesquelles s'appuient les "spécialistes" 

    Ce déchaînement médiatique, aussi bien coordonné,  mérite la vigilance. 

    Personnalité de la victime principale, développement de la coopération industrielle entre la France et la Russie, campagne de dénigrement magnifiquement organisée voilà qui apporte les éléments qui autorisent le bien-fondé de poser la question traditionnelle :

    "A qui profite le crime ?"

    à lire aussi : les réactions des responsables russes

     

     

  • La réinformation ; un combat quotidien

    Poutine Président.jpg Voici sans doute l'homme le plus détesté et le plus critiqué par la micro-société journalistique, universitaire et politique.

    Celles et eux qui n'ont pas digéré l'échec du rêve qu'ils portaient en soutenant inconditionnellement l'URSS, voudraient faire payer à Vladimir POUTINE la frustration refoulée de leurs erreurs.

    De la part de la presse bien-pensante de la gauche-caviar du boulevard St Germain rien d'étonnant. Mais lorsque c'est le correspondant à Moscou du Figaro qui reprend les théories et le vocabulaire de Libération et de Marianne, il est temps de se dire que la presse française et surtout parisienne complètement lobotomisée.

    Alexandre LATSA, un journaliste authentique qui fait son travail à l'ancienne, reprend sur son remarquable blog la dernière production délirante de Pierre AVRIL, le consternant correspondant permanent à Moscou du Figaro. 

    Voir ici

    Qu'un journaliste vomisse sa haine du pays où il travaille est déjà étonnant; mais ce qui est plus grave c'est que le Figaro, journal de référence des milieux d'affaires français diffuse au quotidien des mensonges et des chapitres entiers de propagande cuisinée outre-atlantique. Les délires de Pierre AVRIL contribuent aux difficultés et au retard que rencontrent les entreprises françaises en Russie, et nuisent gravement à l'image de la France autrefois si brillante en Russie.

    Heureusement les nouvelles technologies de la communication permettent à d'autres sources d'information de s'exprimer et de pratiquer la "Réinformation" du public.

    Cette nouvelle approche de l'information sur la Russie est encore confidentielle.Toutefois grâce à des blogs comme celui d'Alexandre LATSA et d'autres experts de plus en plus nombreux, permettent d'accéder à la vérité.

    Ce pauvre AVRIL n'a gardé en souvenir de la vérité que le mot russe "PRAVDA" et croit peut-être que la rédaction du Figaro est guidée par la pensée de l'ancien journal soviétique;

    Les djihadistes de la pensée unique russophobe et "poutinophage" sont de plus en plus contestés et désormais d'autres voix sont entendues. Paradoxalement le terrorisme intellectuel des BHL, MANDRAS, GLUCSMAN et autres se craquèle sous la poussée de la "Réinformation"

    Les nouveaux révolutionnaires de l'information savent que le siège de la forteresse de la pensée unique sera long , mais ils ne manquent ni d'arguments, ni de motivation; et les lecteurs de leurs blogs sont de plus en plus nombreux à apprécier cette alternative.

    Bonne lecture

     

  • Eurasie, une nouvelle alliance économique est née

    russie,kazakhstan,belarus,astana,économie,urss En formalisant par la signature d'un traité tripartite à Astana la naissance de l'alliance EURASIATIQUE, les présidents Belarus, Russe et Kazakh LOUATCHENKO, POUTINE et NAZARBAIEV viennent de lancer un nouveau signal au monde des affaires et des échanges internationaux. Le projet imaginé par la président russe s'était développé depuis 2010 par une mise en coordination des paramètres économiques et juridiques des 3 pays. 

    Visible jusqu'à présent essentiellement au travers d'une union douanière, cette nouvelle étape relance un processus qui avait été mis à mal par la situation en Ukraine.

    A l'origine, l'Ukraine était invitée à participer à ce club économique destiné à créer un pont entre l'Europe et l'Asie. Hélas, les dirigeants de Kiev successifs, sans doute influencés par l'Europe et un autre pays plus lointain, ont cru à l'illusion d'une prochaine entrée dans l'Union Européenne et à l'accès à d'incalculables richesses. Imaginant sans doute que l'Union Européenne dépenserait autant d'Euros en Ukraine que pour les pays baltes, la Pologne ou la Tchécoslovaquie.

    Des que l'ancien et très contestable président YANOUKOVITCH à exprimé l'idée de rejoindre l'Union Eurasiatique où l'Ukraine avait toute sa place, une révolution "spontanée" a secoué Kiev et abouti à sa destitution. Le pouvoir ayant été repris par une junte hétéroclite aux principes moraux plus que douteux, mais fidèle à ses commanditaires d'Europe et d'ailleurs. 

    Pour de nombreuses populations du sud et de l'est de l'Ukraine, la proximité avec la Russie et la nouvelle union EURASIATIQUE tombe non seulement sous le sens, mais relève d'una aspiration à des relations historiques, économiques, ethniques et religieuses évidentes par rapport à l'aventure d'un rapprochement avec une Europe hésitante et aux projets flous.

    Ainsi l'Ukraine, s'est pour l'instant éloignée de l'EURASIE. Mais les politiques changent et les intérêts des états aussi.

    Aujourd'hui, les les trois pays fondateurs démontrent que comme l'Union Européenne, l'Alena, le Mercosur ou l'Asean, des rapprochements entre pays voisins facilite les échanges et accélère la création de richesses.

    Mais l'EURASIE, même si elle a pour objet une intégration économique comme le furent la CECA puis la CEE, les sourires et les poignées de mains des 3 président montrent un signe fort de compatibilité des politique qui laisse deviner que cette union économique peut évoluer vers une union intégrant d'autres domaines de coopération.

    russie,kazakhstan,belarus,poutine,lukatchenko,nazarbaiev,ukraine,europe,asieEn signant à Astana l'accord fondateur avec ses homologues bélarus et kazakh, une semaine après son triomphal et fructueux voyage en Chine, Vladimir POUTINE envoie lui-même un message économique et diplomatique à l'Europe, les Etats-Unis mais aussi aux autres pays d'Asie.

    La relation russo-indienne, par exemple, ancienne et solide, pourrait laisser espérer d'autres rapprochements. Naturellement, en dehors de quelques économistes initiés, de quelques diplomates curieux et d'une poignée de journalistes avertis, personne n'a saisi l'importance de la réunion d'Astana. En particulier en Europe et aux Etats-Unis.

    Vladimir POUTINE, avec une remarquable détermination, et sans tenir compte des pressions et du chantage des Occidentaux, émancipe son pays et son économie d'un système à bout de souffle tout en nouant des liens durables avec d'autres partenaires.

    Il y a fort à parier que les relations russo-turques ou russo-africaines vont se développer russie,kazakhstan,belarus,poutine,lukatchenko,nazarbaiev,ukraine,europe,asiedans les prochains mois. Sous les yeux aveuglés des Européens et de leurs amis d'outre-atlantique.  

  • Signature d'accords de partenariats franco-russes / 28 février 2013

    A la suite de la visite du Président de la République Française à Moscou, répondant à une invitation du Président de la Fédération de Russie Vladimir POUTINE, de nombreux commentateurs ont souligné qu'aucun contrat ni accord n'avait été signé à l'occasion de cette visite.

    C'est encore une fois une contre-vérité.

    En effet, 11 documents ont été validés par la délégation française et ses hôtes russes. parmi lesquels et les plus importants, deux accords de partenariat entre la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) et la République du Tatarstan.  Voir le lien ici

    C'est le Président du Conseil Régional de PACA, Michel VAUZELLE, qui signait pour la France, et le Président de la République du Tatarstan Rutsam MINNIKHANOV qui signait pour la Russie.
    Ces accords faisant suite à la visite du Président tatar à Nice à la fin de l'année 2012; invité dans le cadre des rencontres régionales franco-russes.

    La République du Tatarstan développe depuis de nombreuses années des partenariats régionaux mais c'est la première fois qu'elle se lie de manière officielle à une région française.

    Au moment où les relations diplomatiques entre la France et la Russie subissent un profond rafraîchissement il est à noter que le dynamisme des régions obtient les succès que la diplomatie ne parvient pas à conclure.

  • Hollande en visite à Moscou

    Poutine-Hollande-big.jpgRépondant à l'invitation du Président Vladimir Vladimirovitch POUTINE, le consternant Président "Normal" de la République Française s'est rendu à Moscou pour une visite de 24 heures.

    Au programme étaient prévus des rencontres avec la Chambre de Commerce Franco-Russe, une visite des installations d'Airbus en Russie, un passage par le musée POUCHKINE et enfin une série d'entretiens au Kremlin avec Vladimir POUTINE. Une rencontre avec la communauté française de Moscou devait clore cette visite présidentielle.

    Bien qu'accompagné de nombreux acteurs de la vie économique, aucune annonce d'envergure n'a été dévoilée, aucun contrat n'a été signé et comme toujours, la délégation d'hommes d'affaire était composée en grande partie de représentants des sociétés du CAC40 qui sont déjà implantées en Russie depuis de nombreuses années.

    Heureusement, le Président "Normal" n'a pas jugé nécessaire d'aborder les questions habituelles qui obsèdent les Socialistes : Droits de l'Homme et autres sujets de diversion.

    Contairement à la chaleur des relations qui régnait entre Vladimir POUTINE et Nicolas SARKOZY, c'est une politesse très protocolaire qui a donné le ton des échanges.

    Encore un voyage pour rien de Mr le Président Normal. Avec un tel représentant, l'image de la France en Russie n'est pas prête de s"améliorer.

    "Nicolas reviens !"  semblait dire Vladimir PPOUTINE lors de la conférence de presse commune où le président russe n'a pas caché son ennui ...

  • La semaine russe de Pascal

    Bientôt les compte-rendus des derniers événements russes de Pascal

     

    • samedi 21 novembre , conférence de l'Association Française des Russisants à la Sorbonne
    • dimanche 22 novembre : accueil de la délégation du Tatarstan à Paris
    • lundi 23 - vendredi 27 novembre : accompagnement de la délégation tatare
    • samedi 24 novembre : départ de la délégation

     

  • Serguei D

    Le poète et écrivain Sergueï Mikhalkov, qui a notamment rédigé l'hymne soviétique sous Staline puis l'hymne de la Russie indépendante, est mort jeudi à l'âge de 96 ans, a déclaré à l'agence Interfax, l'un de ses collaborateurs, Denis Baglaï. "Aujourd'hui (jeudi), Sergueï Mikhalkov a quitté la vie", a-t-il déclaré.

    Admirateur de Staline en son temps, puis de Vladimir Poutine - l'ex-président russe devenu Premier ministre - et de l'actuel chef de l'Etat, Dmitri Medvedev, Sergueï Mikhalkov était aussi l'auteur de livres de référence pour enfants. Les deux dirigeants russes ont d'ailleurs immédiatement fait part de leur tristesse après la mort de ce "monument de la culture russe", par la voix de leurs porte-parole, cités par les agences russes.

    Père des célèbres cinéastes russes Nikita Mikhalkov et Andreï Kontchalovski, il a défié les âges et les régimes politiques du Kremlin, signant à chaque fois l'hymne national. Il écrivit ainsi les paroles entonnés par les Soviétiques sous Staline, puis l'hymne déstalinisé, après la mort de celui-ci et la condamnation du culte de sa personnalité en 1956, avant de rédiger, toujours sur la même musique, l'hymne à la gloire de la Russie indépendante.

    Sergey_Mikhalkov.jpg

  • Réactivation du Blog de l'Est

    REPRISE DU BLOG DE L'EST LE 1ER AVRIL 2009 A 12h00
    Et ce n'est pas une annecdote

  • Conférence du 30 janvier 2009

    EVOLUTION DE LA RUSSIE 1991 - 2008

    Boris 3.jpg


    Vendredi 30 janvier 2009, je serai l'invité de l'association "FEMME AVENIR" dans le cadre d'un dîner-débat au cours duquel j'analyserai la mutation de la Russie depuis le putsh de 1991 jusqu'à la crise du gaz de décembre 2008.

    J'aborderai en particulier les chapitres suivants :

    - Le putsh d'août 1991
    - La fin d l'URSS
    - Vladimir POUTINE Premier Ministre
    - Vladimir POUTINE Président


    En insistant sur les transformations structurelles, institutionnelles, écnomiques et sociales

    Pour tout renseignement, contactez le :

    Centre de Formation, d'Etude et d'Information
    55 rue La Boetie
    Tel 01 40 76 61 84
    femmeavenir@u-m-p.org

  • Anecdote russe

    poutine_medvedev200.jpg Un éditorialiste a publié l'anecdote suivante :

    Le pouvoir politique en Russie c'est comme un vélo, Poutine est assis sur la selle et tient le guidon, et Medvediev est sur le siège enfant

    Je ne suis évidemment pas de cet avis mais je trouve cette anecdote assez drôle