Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mariani

  • Entretien avec Nicolas DHUICQ, de retour de Crimée

    Nicolas DHUICQ est député de la première circonscription de l'Aube, Membre de la commission de la défense nationale et des forces armées, secrétaire du groupe d'amitié parlementaire France-IMG_5010.JPGRussie.

    Il siège à l'Assemblée Nationale dans le groupe "Les Républicains" et appartient au mouvement : la Droite Populaire.

    Maire de Brienne-le-Château (Aube)

    Il se rend régulièrement en Russie et soutient avec Thierry MARIANI la levée des sanctions contre la Russie.

    Lire la suite

  • Eurasie - BRICS ; entretien avec Thierry MARIANI, député des Français de l'Etranger

    IMG_3326 - Copie.JPGMercredi 10 septembre 2014, le député Thierry MARIANI; ancien ministre et député de la 11ème circonscription des Français de l'Etranger, a bien voulu répondre à nos questions sur des sujets qu'il maîtrise particulièrement bien.

     

    Pascal MAS : Thierry MARIANI, vous êtes député de la 11ème circonscription des Français établis a l'Etranger qui va géographiquement de la frontière est de la Pologne jusqu'à la Nouvelle-Zélande, comprenant entre-autres la Chine, la Russie, l'Inde, l'Indonésie et le Japon. On peut considérer donc que les trois quarts de la planète habitent chez vous .

     

    Thierry MARIANI : Non, sérieusement, ma circonscription couvre 130000 citoyens français expatriés, comme les autres circonscriptions. C'est pour cela qu'elle est si grande.car il n'y a pas de très grosses communautés françaises expatriées comme c'est le cas à Bruxelles, Genève ou Londres.

    Avec 130000 habitants expatriés, ma circonscription couvre effectivement tout le Pacifique, toute l'Asie et toute l'ex-Union Soviétique plus l'Iran.

     

    Pascal MAS : Venons-en à l'objet de cet entretien. Cet été, dans l'indifférence médiatique générale, se sont produits deux événements majeurs pour les pays dont Astana 29 mai 2014.jpgvous représentez les résidents français.

    Le premier le 29 mai à Astana (Kazakhstan) IMG_3018.JPGavec la signature de l'acte fondateur de l'Eurasie entre la Russie, la Bielorussie et le Kazakhstan. Puis le 15 juillet la réunion des pays BRICS (Brésil-Russie-Inde-Chine-Afrique du Sud) qui s'est déroulée a Fortaleza (Brésil) en présence en tant qu'observateurs de 11 pays latino-américains. Pour vous, grand spécialiste de la Russie et de la CEI, que représente cette nouvelle union Eurasiatique ? Est-ce -comme certains commentateurs l'ont évoqué-, une tentative de Vladimir POUTINE de reconstituer l'URSS de jadis ?

    Thierry MARIANI : Je crois à l'avenir de l'union Eurasie, je crois beaucoup moins aux BRICS. Pourquoi ? Je pense que les BRICS sont en réalité plus un concept qui regroupe des états qui ont des intérêts totalement divergents. Quel est le point commun entre le Brésil, la Chine, la Russie etc ... En réalité cala correspond à des états qui sont à un niveau de développement intermédiaire, qui par moments peuvent avoir des intérêts communs; on le voit bien puisqu'au sommet de Fortaleza a été créée une banque commune. Et il y aura certainement des coopérations.

    Mais je pense que les BRICS c'est une conjonction d'intérêts communs à un moment donné, mais pour avoir une alliance durable il faut des points communs qui sont la culture, la civilisation, etc...

    Si l'on regarde honnêtement, quel est le point commun entre les civilisations, l'histoire et les coutumes chinoises, russes ou brésiliennes. Par contre, je pense que l'union Eurasienne a un vrai avenir. Parce qu'effectivement aujourd'hui on a besoin pour exister sur la scène internationale de faire partie d'un bloc.

    Que pèserait tel ou tel pays s'il n'était inclus à un moment dans une alliance ou une union quelle qu'elle soit ? Or autour de la Russie, cette union douanière qui commence à trois a, à mon avis, un avenir certain puisque, et on le voit très bien, l'Europe occidentale au lieu de se rapprocher de la Russie s'en éloigne.

    Au lieu d'essayer de trouver des passerelles de communication et d'accords, on impose des sanctions. Dont il est normal que la Russie étant isolée par une partie des pays européens, ou plutôt étant rejetée par une partie des états européens cherche à créer son propre espace.

    Pascal MAS : Certains commentateurs économiques ont présenté la formation des BRICS, la création de la banque des BRICS, les coopérations annoncées entre les BRICS comme une tentative de s'émanciper l'économie mondialisée à domination Etatsunienne et Occidentale . Comment interprétez-vous personnellement ces nouveaux liens ?

    Thierry MARIANI : Dans les faits oui; dans les actes moins. Dans les faits, chacun essaye d'avoir une existence de plus en plus autonome. La réalité est quand même différente et le poids, hélas, du dollar et de l'économie américaine reste très important. Par contre, je le répète, l'union Eurasienne, à mon avis, au contraire et à  moyen terme a un vrai poids à jouer car il y a une histoire commune, il y a un fond commun et une culture commune.

    Je crois que la puissance ce n'est pas simplement un accord international qu'on signe entre gens qui n'ont pas grand chose à partager. Par moment ils faut qu'il y ait des intérêts communs et une histoire partagée. Je le vois dans un cas, je ne le vois pas dans l'autre.

    Pascal MAS : Pour revenir sur l'Eurasie que vous semblez considérer comme une option plus réaliste, il est question que l'Arménie se joigne à court terme aux trois pays fondateurs. Des discussions ont également lieu à Chypre et en Serbie. cela vous parait-il probable ?

     

    Thierry MARIANI : Je suis prêt à parier que dans cinq ans il y a aura non seulement l'Arménie, mais aussi le Kirghizistan et le Tadjikistan; et peut-être même l'Azerbaïdjan.Parce qu'à un moment chaque état se rend compte qu'il ne peut pas être isolé. 

    Aujourd'hui les trois états fondateurs, Russie, Biélorussie et Kazakhstan lancent l'union Eurasienne, mais je n'ai aucun doute sur le Tadjikistan, Kirghizistan et Arménie, pour avoir des contacts fréquents avec des responsables politiques de ces trois pays.

    La seule question qui se pose n'est pas SI, mais QUAND. Et attendons de voir ce que va faire un pays comme l'Azerbaïdjan.

    Pascal MAS : Thierry MARIANI, je vous remercie

     

     

  • Nadine MORANO, une Sarkozyste emblématique

    medium_Nadine_souriante.jpg C'est la deuxième fois que je consacre ici une note à Nadine MORANO, Députée de Meurthe et Moselle. Et je serais même capable d'en produire une chaque semaine tant Nadine déborde d'énergie et de force de conviction.

    Pour ne pas redire ce que j'avais publié en septembre, et qu'elle avait d'ailleurs commenté, je vais revenir à l'actualité.

    Nadine MORANO est l'exemple même du style SARKOZY (on dit Génération pour les personnes agées). Nicolas SARKOZY sait donner sa confiance et s'entourer de personnes qui lui ressemblent: des gens déterminés, qui ne doivent pas leur fonction politique à un héritage, à l'annuaire des anciens élèves, ou à leur passage dans un cabinet ministériel.

    Nadine, c'et le genre d'élue qu'on rencontre à la caisse du Franprix en train d'attendre son tour avec ses provisions. C'est l'élue avec qui on va boire un demi dans la gargotte kabyle du coin et qui y est aussi à l'aise que sous les ors de l'Assemblée.

    Nadine, c'est la France normale . Celle qui sait ce que veut dire : "ça coince pour le loyer ce mois-ci" Tout simplement parce qu'ELLE , elle y a vécu dans les cités !

    Nicolas SARKOZY s'appuie sur elle, comme sur d'autres personnalités comme Thierry MARIANI ou Yves JEGO qui lui ressemblent. Des gens de conviction, issus de coins où il n'est pas facile de se déclarer de Droite, mais qui ne renoncent pas.

    Nous sommes bien loin de l'aristocratie politique de l'ENA dont la promotion Voltaire (comme j'ai honte pour mon philosophe favori !) a produit François HOLLANDE, Ségolène ROYAL et Dominique GALOUZEAU de VILLEPIN.

    Dimanche prochain aura lieu le congrès de l'UMP . J'espère y rencontrer Nadine et vous faire un compte-rendu de notre entretien .
    En attendant, il est temps de montrer que la Rupture, c'est aussi la rupture avec les anciennes méthodes politiques .

    A dimanche, avec Nicolas SARKOZY, et à lundi (15 janvier) pour que la campagne commence !!!