Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

islam

  • 1er septembre 2015 - 1er septembre 2004 (onze ans déja)

    Il n'y a pas d'illustrations pour ce post car les images de Beslan sont insoutenables. Les archives sont disponibles sur le site de l'association solidarité enfants de Beslan : Photographies

    Lire la suite

  • Interview du Président du Tatarstan Rustam N. MINNIKHANOV

    Oui, aujourd'hui les banques islamiques restent obscures pour la Russie, mais ces outils de financement sont utilisés non seulement dans les pays musulmans, mais aussi en Grande-Bretagne et dans d'autres Etats européens. Etant donné que la législation anglaise permet de travailler selon les principes du système bancaire islamique, alors la Russie peut en faire de même.

     

    C'est pourquoi nous nous sommes mis d'accord avec le directeur de la Banque islamique de développement pour créer un groupe spécial de travail.

    Lire la suite

  • Beslan, 10 ans après . Interview d'Henri-Paul FALAVIGNA

    IMG_3296.JPG Henri-Paul FALAVIGNA est le président-fondateur de l'association "Solidarité Enfants de Beslan" voir le site ici

    A la fin de l'évocation civile de la tragédie de Beslan, organisée par l'association en la mairie du XVème arrondissement de Paris, il a bien voulu répondre à quelques questions.

     IMG_3263.JPG

     

     

    Pascal MAS : Henri-Paul FALAVIGNA, vous êtes le président-fondateur de l'association "Solidarité Enfants de Beslan" qui vient en soutien psychologique, moral et financier aux rescapés de la tragédie des 1er au 3 septembre 2004, et de leur familles. Vous impulsez également un formidable travail de mémoire de ces événements comme nous avons pu le voir à travers le reportage qui vient d'être diffusé. 10 ans ont passé; ne croyez-vous pas le souvenir commence a s'effacer dans la mémoire collective ?

    H-P FALAVIGNA : Le souvenir ne s'efface pas car vous constaterez que le drame de Beslan est un prétexte pour critiquer la Russie quotidiennement. Donc je ne cesse de publier et d'envoyer des rectificatifs lorsque je vois ce qui est publié sur Beslan alors que nous avons une expertise certaine.

    P. MAS : Lorsque l'on voit ou revoit les images que vous avez collectées sur place, comment peut-on encore nier ce qui s'est passé ou le présenter de manière fallacieuse ?

    H-P FALAVIGNA : Eh bien je vais vous raconter comment à Sciences-Po, il y a deux ans, GLUCKSMAN était l'orateur principal d'un séminaire regroupant plus de 400 étudiants sur la démocratie en Russie et auquel j'étais invité; et GLUCKSMAN a profité de cette manifestation pour déclarer que POUTINE avait sur les mains le sang de près de 400 enfants à Beslan et de 600 civils en Ossétie du sud. Il s'est tourné vers Nathalie NOUGAYREDE en proclamant "Voilà la source; elle y était" . J'ai posé la question : "Mme NOUGAYREDE vous qui avez vu les chars russes, à quelle heure avez-vous vu tirer ?" 
    Elle m'a répondu , "vers 16h ou 17h" . Soit 4 heures après que les bombes des terroristes aient explosé. "Et ce que vous avez vu c'est l'élimination, ce qui prouve qu'il n'y a pas eu d'assaut organisé"  sinon en 10 minutes tout était terminé. Les Russes ont employé des moyens forts plusieurs heures après le début des attentats. Mais vous voyez là la déformation permanente qui est opérée, et les étudiants n'ont retenu que POUTINE était a l'origine des meurtres. En Ossétie du Sud désormais tout le monde sait très bien que c'est la Géorgie qui a agressé les villages ossètes.

    P. MAS : J'ai retenu au cours du reportage présenté par Dimitri de KOSHKO que cette "opération de Beslan" aurait été pensée dans un but ultime de dresser la population ossète contre les Ingouches. Or le président Ossète a bien affirmé qu'il n'y avait pas eu de vengeance ni de répression envers les Ingouches après cette affreuse tragédie. Qu'en est-il des relations entre les Ossètes, les Ingouches, les Tchétchènes et autres peuples caucasiens de la région ?

    H-P FALAVIGNA : La situation est apaisée, car considérant que les événements de Beslan ont été télécommandés de l'extérieur, et les femmes tchétchènes qui étaient présentes se sont fait exploser lorsqu'elles ont découvert la mission qui leur avait été confiée et ont préféré disparaître plutôt que de toucher aux enfants. Il est vrai que si l'on remonte plut haut dans l'Histoire, les Ingouches et les Tchétchènes ont toujours été turbulents. Ils se sont associés à HITLER. Donc à la Libération ils ont été déportés par STALINE. Et lorsqu'ils ont pu revenir il y a une vingtaine d'années, les Ossètes avaient pris possession des maisons vides. Il y a eu des incidents, et la Fédération de Russie a rétabli la paix entre les deux communautés.  

    P.MAS : Il y a 10 ans on découvrait la manifestation la plus sauvage d'une forme de terrorisme d'origine islamique. Aujourd'hui en Irak comme en Syrie on n'est pas loin de cette barbarie. Bien qu'il n'y ait pas beaucoup d'images . Toutefois la pensée unique et universelle d'aujourd'hui ne considère pas le Califat d'EIIL comme une organisation sympathique . Comment se fait-il que 10 ans après Beslan, les enseignements qui en ont été retirés sur la nature d'une certaine forme d'islam radical nous en soyons encore là ?

    H-P FALAVIGNA : Sans sombrer dans le paradoxe politique, j'ai entendu sur place en Ossétie qu'il existait une théorie selon laquelle les Américains étaient derrière l'affaire de Beslan afin de déstabiliser l'ensemble du Caucase et ensuite y intervenir pour remettre de l'ordre. Dans le même esprit que les "armes de destruction massives" de Saddam HUSSEIN ont été un prétexter pour intervenir en Irak.

    P.MAS : Le Califat d'EIIL a déclaré il y a 48 heures qu'il allait procéder à la "libération du Caucase" ; connaissant la patience mesurée du président russe, ne croyez-vous pas que la tâche s'avère difficile ?

    H-P FALAVIGNA : Ils peuvent dire ce qu'ils veulent mais dans la pratique c'est absolument impossible. Je vais vous répondre par une image. Nous avons été reçus a Vladikavkaz par le président ossète. Le président MAMSOUROV est musulman nous a invité à diner et nous avons porté des toast à la vodka. Les Ossètes musulmans sont totalement intégrés à la civilisation russe. Ils vont à la mosquée une fois par semaine mais autrement ils mangent du porc, boivent du vin etc ...
    On peut dire d'une certaine façon que l'héritage communiste a protégé les peuples de ce type de fondamentalisme agressif.

    P.MAS : Peut-on considérer qu'il existe une forme d'islam "caucasien" qui n'aurait rien à voir avec les pays arabes, le Pakistan et même la Turquie pourtant si proche géographiquement et culturellement ?

    H-P. FALAVIGNA : Oui, tout à fait, car le tsar était le protecteur des Musulmans, c'est le tsar qui a fait construire à l'époque la plus grande mosquée de Russie à St Petersbourg. Le tsar c'était le protecteur de toutes les religions russes.

    P. MAS : Vous avez lancé tout à l'heure un appel pour trouver des contacts de mairies dans le but d'effectuer des jumelages. Quel est l'objectif de ces jumelages ?

    H-P. FALAVIGNA : Nus bénéficions de liens d'amitié très forts avec la ville de Beslan et d'autres villes d'Ossétie, et nous souhaiterions en faire bénéficier des communes françaises.

    P. MAS : Mr le Président, je vous remercie.

     

     

  • Beslan 10 ans après; interview de Mme Chantal GUITTET

    IMG_3287.JPGChantal GUITTET est députée de la 5ème circonscription du Finistère. Elle est membre de la commission des affaires étrangères et présidente du groupe d'amitiés parlementaires France-Russie.

    Seule représentante du Parlement lors de la célébration civile des 10 ans de la prise d'otage de Beslan qui s'est déroulée en la Mairie du XVème arrondissement à Paris, elle a bien voulu répondre à nos questions

     

     Pascal MAS : Madame la Députée, vous êtes ici la seule représentante du Parlement (Assemblée Nationale et Sénat) présente pour cette évocation des 10 ans de la tragédie de Beslan. Seule députée, seule parlementaire ... Que se passe-t-il ? Est-ce que le souvenir de Beslan est gênant pour les élus français ? Tout le monde s'en moque après 10 ans ? Quel est votre ressenti personnel ? 

     

    Chantal GUITTET : Non je ne crois pas qu'on s'en moque. On ne peut jamais se moquer d'uin massacre d'enfants. Je ne suis pas sûr que les députés étaient au courant de cette cérémonie. Moi j'ai été invitée comme présidente du groupe d'amitié, mais je représente le groupe d'amitié et tous ses membres s'associent à cette cérémonie et ont certainement une pensée pour ces enfants qui sont morts et à qui on a volé leur jeunesse.

    Pascal MAS : Il y a 10 ans c'était Beslan et hier le Califat Islamique d'Irak et du Levant a prétendu que l'action allait continuer par la libération du Caucase. Peut-on imaginer revivre un cauchemar comme celui de Beslan perpétré par des gens aussi déterminés ?

    IMG_3295.JPGChantal GUITTET : J'espère que non, et je crois que tout homme politique a la responsabilité de protéger son peuple ? C'est une déclaration de l' ONU . J'espère qu'on n'arrivera pas à de telles extrémités c'est pourquoi il faut garder le dialogue; dialoguer entre les peuples , respecter les gens, être tolérants, et j'espère que des tragédies comme beslan ne verront plus jamais le jour . 

    Pascal MAS : Il a été rappelé tout à l'heure dans l'évocation de la chronologie des faits, que la région d'Ossétie du Nord, c'est à dire l'Alanie, était la marche de l' Europe. On n'entend pas beaucoup l'Europe dans cette affaire

    Chantal GUITTET : On l'a entendue au moment des événements de Beslan, on ne l'entend plus trop aujourd'hui mais je pense qu'il y a le représentante des Droits de l'Homme qui a envoyé un mot pour apporter son soutien . Elle est ambassadrice d'un pays européen; après je crois qu'aucun pays ne peut dédaigner ou avoir du mépris pour un acte pareil. Les enfants de Beslan doivent rester dans les coeurs de tout le monde. Avoir un devoir de mémoire c'est important pour qu'une tragédie pareille ne se reproduise pas.

    Pascal MAS : Il a été également évoqué que la presse avait couvert cet événement de manière très étrange. Le Président de la République d'Ossétie du Nord a même déclaré "qu'à travers certains reportages les victimes avaient été considérées comme des coupables" . Comment percevez-vous de décalage, en tant qu'élue, en tant que personnalité publique souvent au contact de la presse ?

    Chantal GUITTET : Qu'il y a ait différentes interprétations sur les événements, je ne suis pas habilitée à commenter ces faits . Ca sera aux historiens de révéler la vérité, mais en général elle n'est jamais révélée dans l'immédiat. Ce qui est sûr et que tout le monde doit affirmer c'est que des enfants ne doivent jamais être pris en otages, dans n'importe quel conflit. Et c'est un scandale qu'on se serve d'enfants et d'enseignants pour régler des conflits politiques.

    Pascal MAS : Comme nous l'avons vu dans le reportage les images même prises par les terroristes eux-mêmes existent. On ne peut pas nier ce qui s'est passé; alors comment se fait-il que devant des images aussi épouvantables qui rappellent d'autres horreurs passées il n'y ait pas plus de mobilisation de nos concitoyens.

    Chantal GUITTET : Je ne sais pas s'il n'y a pas beaucoup de mobilisation mais il y a des associations qui ont pris en main ces drames , comme l'association qui nous accueille aujourd'hui et qui prolongent le souvenir de ces enfants martyrs. Hélas nous sommes dans un monde où perpétuellement i y a des enfants qui sont pris en otages. Il y en a en Syrie, il y en a en Palestine, il y en a en Israel . Comme dans tous les conflits. Il y en a en Ukraine qui meurent régulièrement. Il faut se battre pour un monde apaisé. Que les gens sachent s'écouter, se tolérer et que la religion qui est du domaine privé reste du domaine privé. Et qu'on ne se serve pas au nom de je ne sais quelle religion ... D'ailleurs, je ne pense pas que l'Islam soit une religion qui tolère ce genre d'actes. Il y a vraiment des gens qui se servent de l'Islam mais ce ne sont pas des religieux . Ce n'est pas possible; ce sont des terroristes qui font ce genre de choses.

    Pascal MAS : Ce qui rend cette tragédie encore plus insoutenable c'est que ces faits se sont produits à l'occasion de la rentrée des classes. Or la rentrée des classes en Russie, est un événement extrêmement important qui se prépare longtemps à  l'avance. Hier (2 septembre) c'était aussi la rentrée des classes dans toute la France; n'aurait-il pa été utile à l'occasion de ces 10 ans, de mentionner qu'il y a des enfants partout dans le monde qui vivent le malheur ?

    Chantal GUITTET : On le rappelle très souvent mais le problème de la presse c'est l'immédiateté et un événement en cache vite un autre. Il y a des gens qui pensent qu'un conflit est terminé parce qu'on n'en parle plus. Mais en tant que femme politique je pense qu'il faut garder l'esprit de solidarité, le respect et la tolérance.On vit dans un monde difficile où les gens se replient sur eux-mêmes et oublient de voir que quelque soit le pays d'où on vient, la religion qu'on pratique, ou qu'on ne pratique pas d'ailleurs, notre couleur de peau; on est tous frères et soeurs et qu'il faut essayer dans un monde apaisé. C'est ça la démocratie en fait.

    Pascal MAS : C'est sur cette note optimiste que je vous propose de terminer cet entretien. je vous libère et vous remercie pour avoir accepté de répondre à mes questions.

     

     

  • La fin d'année en fêtes

    Hanoukah.jpg Quelques jours après la fête musulmane de l' Aïd al Khébir et avant les fêtes de Noel des calendriers grégorien et julien, la communauté juive va célébrer Hanoukah.
    C'est une fête très importante et joyeuse qui se déroule sur plusieurs jours. La proximité avec les fêtes de Noel chrétiennes en fait aussi l'occasion de s'offrir des cadeaux.

    A tous mes amis juifs, pratiquants ou non, je souhaite, ainsi qu'à leurs familles

    Joyeuse Hanoukah !

  • La Turquie en Europe dès 2009

    J'ai trouvé sur un autre site cette analyse qui me semble pleine de bon sens.



    Non, il ne s'agît pas d'un rêve ou d'un cauchemar, mais d'une possibilité tout à fait réaliste. Certes ce ne sont ni Ankara, ni Bruxelles qui ont évoqué cette possibilité; mais les négociateurs qui se sont réunis la semaine dernière à Nicosie (Chypre).

    Les deux chefs d'états des deux parties de l'île ont encouragé le processus de réunification.

    Or face à quoi nous trouvons-nous :
    Au sud, la République de Chypre, seul état légal constitué héritier de la première république de Chypre, reconnu par la communauté internationale, et membre de l'Union Européenne.
    Au nord, l'état fantoche de République de Chypre du Nord, constitué à la suite de l'invasion en 1974 du nord du pays par l'armée turque, et l'expulsion (pour les survivants) de tous les habitants héllènophones. "Etat" reconnu exclusivement par la Turquie et l'Azerbaïjan et le Pakistan, exclusivement peuplé de turcophones et terre d'accueil de l'armée turque.

    Apres avoir vidé la partie nord du pays de toute sa population grecque (et de la population turque opposée au coup de force militaire) la Turquie a fait venir une population turque originaire d'Anatolie et d'autres régions. Autrefois on appelait cela la "colonisation" .
    C'est donc une population "étrangère" qui vit à Chypre Nord, tandis que les vrais Chypriotes sont au Sud (et en Australie, Grèce, Liban, Canada etc...)

    Si la réunification est effectuée n'importe comment, et avec le soutien des Etats-Unis, comme c'est probable, un territoire turc intègrera l'Union Européenne ! Et un habitant de Famagouste ou de Kyrenia décide de faire venir ses "cousins" d'Anatolie ou d'Izmir, en visite "familiale" ou "touristique" ouvrira grande la porte de 'UE à la Turquie, ses émigrants et ses produits (en particulier les produits agricoles si prisés dans les coffe shops de Hollande) .

    Il faut être lucide, si Ankara n'entre pas par la grande porte en Europe, les souterrains sont déjà en place :
    Bosnie, Chypre-Nord, Bulgarie, communauté turque d'Allemagne ...

    Attention au réveil !!!

  • RAMADAN

    a4a3d163e988f771768c9c9d585e3509.jpg A tous mes amis musulmans, ainsi qu'à tous les lecteurs musulmans qui visiteront ce blog je souhaite paix, sérénité et plénitude dans la méditation au cours du Ramadan qui vient de commencer.
    Que le Tout-Puissant les protège et leur apporte son soutien