Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Panslavisme

  • Beslan, 10 ans après . Interview d'Henri-Paul FALAVIGNA

    IMG_3296.JPG Henri-Paul FALAVIGNA est le président-fondateur de l'association "Solidarité Enfants de Beslan" voir le site ici

    A la fin de l'évocation civile de la tragédie de Beslan, organisée par l'association en la mairie du XVème arrondissement de Paris, il a bien voulu répondre à quelques questions.

     IMG_3263.JPG

     

     

    Pascal MAS : Henri-Paul FALAVIGNA, vous êtes le président-fondateur de l'association "Solidarité Enfants de Beslan" qui vient en soutien psychologique, moral et financier aux rescapés de la tragédie des 1er au 3 septembre 2004, et de leur familles. Vous impulsez également un formidable travail de mémoire de ces événements comme nous avons pu le voir à travers le reportage qui vient d'être diffusé. 10 ans ont passé; ne croyez-vous pas le souvenir commence a s'effacer dans la mémoire collective ?

    H-P FALAVIGNA : Le souvenir ne s'efface pas car vous constaterez que le drame de Beslan est un prétexte pour critiquer la Russie quotidiennement. Donc je ne cesse de publier et d'envoyer des rectificatifs lorsque je vois ce qui est publié sur Beslan alors que nous avons une expertise certaine.

    P. MAS : Lorsque l'on voit ou revoit les images que vous avez collectées sur place, comment peut-on encore nier ce qui s'est passé ou le présenter de manière fallacieuse ?

    H-P FALAVIGNA : Eh bien je vais vous raconter comment à Sciences-Po, il y a deux ans, GLUCKSMAN était l'orateur principal d'un séminaire regroupant plus de 400 étudiants sur la démocratie en Russie et auquel j'étais invité; et GLUCKSMAN a profité de cette manifestation pour déclarer que POUTINE avait sur les mains le sang de près de 400 enfants à Beslan et de 600 civils en Ossétie du sud. Il s'est tourné vers Nathalie NOUGAYREDE en proclamant "Voilà la source; elle y était" . J'ai posé la question : "Mme NOUGAYREDE vous qui avez vu les chars russes, à quelle heure avez-vous vu tirer ?" 
    Elle m'a répondu , "vers 16h ou 17h" . Soit 4 heures après que les bombes des terroristes aient explosé. "Et ce que vous avez vu c'est l'élimination, ce qui prouve qu'il n'y a pas eu d'assaut organisé"  sinon en 10 minutes tout était terminé. Les Russes ont employé des moyens forts plusieurs heures après le début des attentats. Mais vous voyez là la déformation permanente qui est opérée, et les étudiants n'ont retenu que POUTINE était a l'origine des meurtres. En Ossétie du Sud désormais tout le monde sait très bien que c'est la Géorgie qui a agressé les villages ossètes.

    P. MAS : J'ai retenu au cours du reportage présenté par Dimitri de KOSHKO que cette "opération de Beslan" aurait été pensée dans un but ultime de dresser la population ossète contre les Ingouches. Or le président Ossète a bien affirmé qu'il n'y avait pas eu de vengeance ni de répression envers les Ingouches après cette affreuse tragédie. Qu'en est-il des relations entre les Ossètes, les Ingouches, les Tchétchènes et autres peuples caucasiens de la région ?

    H-P FALAVIGNA : La situation est apaisée, car considérant que les événements de Beslan ont été télécommandés de l'extérieur, et les femmes tchétchènes qui étaient présentes se sont fait exploser lorsqu'elles ont découvert la mission qui leur avait été confiée et ont préféré disparaître plutôt que de toucher aux enfants. Il est vrai que si l'on remonte plut haut dans l'Histoire, les Ingouches et les Tchétchènes ont toujours été turbulents. Ils se sont associés à HITLER. Donc à la Libération ils ont été déportés par STALINE. Et lorsqu'ils ont pu revenir il y a une vingtaine d'années, les Ossètes avaient pris possession des maisons vides. Il y a eu des incidents, et la Fédération de Russie a rétabli la paix entre les deux communautés.  

    P.MAS : Il y a 10 ans on découvrait la manifestation la plus sauvage d'une forme de terrorisme d'origine islamique. Aujourd'hui en Irak comme en Syrie on n'est pas loin de cette barbarie. Bien qu'il n'y ait pas beaucoup d'images . Toutefois la pensée unique et universelle d'aujourd'hui ne considère pas le Califat d'EIIL comme une organisation sympathique . Comment se fait-il que 10 ans après Beslan, les enseignements qui en ont été retirés sur la nature d'une certaine forme d'islam radical nous en soyons encore là ?

    H-P FALAVIGNA : Sans sombrer dans le paradoxe politique, j'ai entendu sur place en Ossétie qu'il existait une théorie selon laquelle les Américains étaient derrière l'affaire de Beslan afin de déstabiliser l'ensemble du Caucase et ensuite y intervenir pour remettre de l'ordre. Dans le même esprit que les "armes de destruction massives" de Saddam HUSSEIN ont été un prétexter pour intervenir en Irak.

    P.MAS : Le Califat d'EIIL a déclaré il y a 48 heures qu'il allait procéder à la "libération du Caucase" ; connaissant la patience mesurée du président russe, ne croyez-vous pas que la tâche s'avère difficile ?

    H-P FALAVIGNA : Ils peuvent dire ce qu'ils veulent mais dans la pratique c'est absolument impossible. Je vais vous répondre par une image. Nous avons été reçus a Vladikavkaz par le président ossète. Le président MAMSOUROV est musulman nous a invité à diner et nous avons porté des toast à la vodka. Les Ossètes musulmans sont totalement intégrés à la civilisation russe. Ils vont à la mosquée une fois par semaine mais autrement ils mangent du porc, boivent du vin etc ...
    On peut dire d'une certaine façon que l'héritage communiste a protégé les peuples de ce type de fondamentalisme agressif.

    P.MAS : Peut-on considérer qu'il existe une forme d'islam "caucasien" qui n'aurait rien à voir avec les pays arabes, le Pakistan et même la Turquie pourtant si proche géographiquement et culturellement ?

    H-P. FALAVIGNA : Oui, tout à fait, car le tsar était le protecteur des Musulmans, c'est le tsar qui a fait construire à l'époque la plus grande mosquée de Russie à St Petersbourg. Le tsar c'était le protecteur de toutes les religions russes.

    P. MAS : Vous avez lancé tout à l'heure un appel pour trouver des contacts de mairies dans le but d'effectuer des jumelages. Quel est l'objectif de ces jumelages ?

    H-P. FALAVIGNA : Nus bénéficions de liens d'amitié très forts avec la ville de Beslan et d'autres villes d'Ossétie, et nous souhaiterions en faire bénéficier des communes françaises.

    P. MAS : Mr le Président, je vous remercie.

     

     

  • le Blog de l'Est , le blog de la Résistance et de la Réinformation

    Ayant été lundi victime d'une tentative de censure sur Facebook, et la cible de commentaires malveillants transpirant la propagande Euro-Otanienne, j'ai décidé désormais de publier sur se support et de rattacher les articles par des liens sur d'autres media.

    Par conséquent le Blog de l'Est redevient la plateforme principale de mes publications 

    Merci à vous fidèles lectrices et lecteurs

     

    Pascal MAS

  • KARADZIC à La Haye

    karadzic11%20(1).jpg 2008, une grande année pour les dépouilleurs de la Yougoslavie. Après avoir livré le Kosovo aux mafieux de l'UCK le 17 février, voici que Radovan KARADZIC tombe entre les mains du Tribunal Pénal International (un "tribunal" entièrement aux mains de Washington) où son procès est instruit pour "crimes contre l'humanité et crimes de guerre" .
    Comme c'est original !

    On se demande pourquoi le TPI a si peu d'activité si l'on considère le nombre de criminels à la tête d'états . Il n'est évidemment pas seulement question de George W BUSH.
    Mais comme Slobodan MILOSEVIC, le Président serbe, et le général Radko MLADIC s'opposaient au démantelement de la Yougoslavie, puis de la Serbie, ce sont forcément, pour l'Occident des : terroristes, et des bouchers.

    Certes le bonhomme n'a rien de sympathique et les méthodes employées en Bosnie n'ont rien d'hummanitaires. Cependant, on peut noter que les homologues croates et bosniaques de KARADZIC et MILOSEVIC ne sont pas particulièrement recherchés par le TPI.

    Pour avoir leur ticket d'entrée dans l'Union Européenne, les dirigeants serbes actuels ont livré à des étrangers un de leurs ressortissants plutôt que de le neutraliser eux-mêmes.

    KARADZIC n'était d'ailleurs pas très recherché jusqu'à ces dernières semaines, et, comme pour Oussama BEN LADEN, les services américains n'arrivaient pas à le localiser ... dans les rues de Belgrade !

    Radovan KARADZIC est entré dans la prison de La Haye en pleine santé. Ceci est important; car que pourrions-nous imaginer s'il venait subitement à décéder dans sa cellule à la suite d'une "grave maladie", comme MILOSEVIC ?

    Ce qui n'était pas prévu, c'est que le "coupable" fisse des révélations sur ses relations avec les Américains. Des révélations bien gênantes d'ailleurs pour l'administration CLINTON. Mais la présidence CLINTON a été particulièrement attentive à la Yougoslavie. En particulier Madeleine ALBRIGHT Thaçi Albright.jpg que l'on voit ici embrasser avec affection le terroriste Hashim THACI, leader de l'UCK, organisation criminelle particulièrement féroce envers les Serbes du Kosovo (Y compris ecclésiastiques)

    D'ailleurs, pourquoi Hashim THACI n'est-il pas lui aussi logé à La Haye ? Peut-être parce qu'il est le Premier Ministre respecté de l'état fantoche du Kosovo.

    Pauvres Serbes, qu'avez-vous dont fait ? Quelle menace représentez-vous pour susciter un tel déchaînement ?