Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Conférence du 17 mai (suite)

    863826880.jpg Plus que 3 jours avant cette conférence . Et l'agitation en Serbie qui bouleverse (heureusement) mes projets !!! Pourvu qu'il y ait plein de questions !

  • Pascal à Moscou 4/7

    Jeudi 17 avril

    L’Airbus d’Aeroflot se pose à Sheremetyevo avec 20 minutes d’avance. Quand j’arrive à Sheremetyevo j’ai toujours une pensée pour mon ami Gérard, un ouvrier du bâtiment, qui était venu pour construire l’hôtel COSMOS, et cet aéroport, dans le cadre de la préparation des Jeux Olympiques de 1980. Il est revenu en France, marié à Tatiana, ma grande amie, qui est à l’origine de mes rencontres et de mes voyages en Russie depuis 1981.

    L’aéroport est en plein travaux, car non seulement on construit un 3ème terminal, mais aussi une liaison ferroviaire rapide à destination de la ville. Il y a maintenant une redoutable concurrence entre l’aéroport Sheremetyevo et l’autre aéroport du sud de Moscou : Domodedovo.

    Passage du contrôle des passeports, tout va bien. Le jeune garde frontière me regarde avec une insistance qui m’est familière. A chaque fois, j’essaie de ne pas éclater de rire comme une fois dans le train au passage de Berlin-est. Il tamponne les feuillets, mais pas mon beau visa tout neuf à usages multiples !!!

    J’attends mes bagages. Tout le monde est fatigué car peu de passagers ont dormi. J’imagine dans quel état seront celles et ceux qui ont des correspondances le soir pour la Sibérie etc … En Russie il y a des vols « intérieurs » qui durent plus de 7 heures ! C’est l’une des réalités que les Occidentaux ne peuvent pas comprendre.

    Toujours rien sur le tourniquet du vol de Paris. Il fallait s’y attendre, nos bagages tournent sur l’autre carrousel sous l’affichage « Istanbul » . La Russie a changé, mais il reste encore du folklore. Les passagers russes ne disent mot, mais un groupe de Français déclare « ce n’est pas normal, qu’est ce que c’est que ce bazar ? » et un tas d’autres réflexions qui me font fuir ces compatriotes. Tout le monde a récupéré ses bagages … sauf moi, qui avais enregistré parmi les premiers. Je ne panique pas … nous sommes en Russie ! Toutefois ma valise renfermant du RICARD pour Slava, des objets confiés à moi par la fille de ma logeuse, je me sens soudainement pris d’angoisse. Car Natalia Dmitrievna est une femme charmante mais redoutable !

    Le premier quart de ma valise apparaît, je ressens un certain soulagement. MAIS, comme nous sommes en Russie, je constate que le tapis de livraison s’est arrêté. Je saisis ma malle aux trésors et me dirige vers le contrôle de douane. Pas un seul regard envers ma pauvre valise ! Même pas de la petite blonde à gauche aux ordres de laquelle j’aurais subi sans déplaisir la fouille au corps !

    Mais non, même en Russie la douane devient sérieuse !

    Revenons à la réalité. Même après une nuit entre Ciel et Terre !

    Je suis attendu par deux colosses aux côtés desquels je parais être un nain. Pas de problème, ce sont mes collaborateurs et amis. Ils ont voulu m’accueillir personnellement à mon arrivée à Moscou. Sachant où ils habitent, je sais qu’ils ont quitté leurs domiciles respectifs à 4h00 du matin. Mais ils font comme si de rien n’était. Me demandant si je n’étais pas fatigué.

    Liosha prend ma valise de 25 kg entre deux doigts et m’invite à m’asseoir dans la voiture.

    Et le folklore russe commence

  • Pascal à Moscou 3/7

    690982015.jpg
    Mercredi 16 avril

    Je cours dans tous les sens pour finaliser les rendez-vous, finir ma valise et acheter les derniers cadeaux pour mes collègues de Moscou. La fille de ma logeuse me confie quelques objets que je remettrai à sa mère à mon arrivée.

    21h30, le taxi est en bas de l’immeuble, nous partons pour Roissy.

    Pour la première fois, je vais embarquer depuis le terminal 2 E que je ne connais pas. Mais préalablement, je dois récupérer mon billet au terminal 2 C. J’arrive au comptoir figurant sur ma convocation et … personne ! Mais une feuille portant mon nom et celui d’un autre passager est collée sur le comptoir, nous invitant à appeler un numéro de portable. C’est tellement mal écrit que je me trompe dans les numéros. Enfin en communication avec mon interlocutrice, celle-ci m’invite à plonger la main sous le comptoir et retirer mon billet d’une enveloppe. On peut appeler ça « l’accueil minimal »

    Mon billet en main , je me dirige vers le terminal E. Distant d’au moins un bon kilomètre.
    J’arrive au comptoir d’enregistrement d’Air France, et m’apprête à patienter quand une souriante hôtesse m’invite à la rejoindre à sa banque d’enregistrement.

    Malgré l’heure tardive (le vol SU 254 de 00h50 est le dernier vol de la journée) elle me demande avec délicatesse quel siège me conviendrait, puis me dit à ma grande stupéfaction « Votre parfum, ne serait-ce pas un Lacoste ? » En effet, je porte « Booster » de Lacoste. Et dans un grand éclat de rire m’avoue : « c’est celui que j’ai offert à mon ami ».
    Je suis sous le charme.
    Enfin, feuilletant mon passeport afin d’y contrôler le visa, elle me déclare : « Vous allez souvent en Russie, vous devriez prendre une carte de fidélité Air France ou Aeroflot pour bénéficier des points » Elle a raison, d’autant plus que je pense aller plus souvent en Russie désormais, grâce à mon visa permanent.

    Je suis stupéfait par le sens commercial, l’amabilité et la gentillesse de cette jeune femme. Je regrette de ne pas lui avoir demandé son nom afin de signaler à Air France la qualité d’un tel agent.

    Contrôle des passeports ultra rapide (jamais vu ça avant)

    Il est 22h30, j’envisage de grignoter quelque chose avant de prendre l’avion. Mais à Roissy à 23h00, tout ferme ! Sauf les boutiques de parfum. Je trouve quand même une mangeoire où le personnel, pressé de ranger toute la marchandise, consent à me vendre un morceau de vieille pizza et une bouteille d’Evian 9.35€ ! Ouf !

    23h30 je prends la direction de la porte d’embarquement. Surprise, après avoir fait des kilomètres de trottoir roulant, me voici dans une navette automatique. Le terminal E est très fonctionnel et la signalétique est très réussie. Comme il me reste encore un peu de temps, je me connecte sur une borne internet pour vérifier que des courriels importants ne sont pas arrivés entre mon départ de Paris et mon arrivée à la salle d’embarquement. Puis nous passons le filtre de sécurité. Ces contrôles m’exaspèrent mais ils sont indispensables.
    Si j’avais sous la main un terroriste dont l’activisme est à l’origine de ces mesures de sécurité, je lui expliquerais à ma façon ma manière de concevoir la sécurité !
    Me voilà en salle d’embarquement. Il n’y a pratiquement que des Russes à part moi, et beaucoup de familles avec de très jeunes enfants. C’est mauvais signe car je crois que je vais avoir du mal à dormir. Ils n’y peuvent rien les petits, et d’ailleurs ils sont au moins aussi fatigués que les adultes. Mais ma charmante hôtesse d’enregistrement m’a réservé une surprise.

    Nous montons dans l’avion, et je découvre que j’ai le dernier rang. Catastrophé dans un premier temps, car le dernier rang, c’est juste avant les toilettes et le galley. Mais en compensation j’ai trois sièges pour moi seul.
    Merci à la souriante hôtesse.

    Voyager avec les Russes est agréable car personne ne se bouscule et il y a toujours une personne serviable pour s’occuper des enfants pendant que les parents rangent les bagages dans les coffres. Les hôtesses de bord sont souriantes et attentionnées. (Quel changement avec l’Aeroflot des années 80 !)

    Comme tous les passagers sont à bord, ceinture agrafée, nous partons … avec 10 minutes d’avance.

    Le vol se passe très bien. Pas de turbulences, des passagers silencieux et un service de plateaux-repas remarquable.

  • Conférence du 17 mai

    16794982.jpg L'association "Contacts Européens Pour un Nouveau Cadre de Vie" m'accorde un immense honneur :

    A l'occasion de la fête de l'Europe (le 9 mai) je suis invité à prononcer une conférence / débat sur le thème :

    EVOLUTION DES PAYS DE L'EST EN EUROPE de novembre 1989 à nos jours

    Le samedi 17 mai (jour de la saint Pascal, ça ne s'invente pas !) à 15h30 au siège de l'association : 39 rue Joseph Python 75020 Paris

    Pour tous renseignements : tel 01 47 97 87 15
    Participation aux frais du "verre de l'amitié" = 8€

  • Pascal à Moscou 2/4

    1165171510.jpgMardi 15 avril 2008

    Avant de partir je travaille fébrilement toute la jornée avec mon diplomate à la préparation de la visite d’une délégation de hauts fonctionnaires du Tatarstan qui arrivent dimanche 20. Le jour de mon retour. Pour une semaine de stages et de visites dont j'ai la charge de l'organisation. Une mission passionnante et qui me remet en confiance par rapport à moi-même, étant donné le niveau prestigieux des membres de la délégation

  • Pascal à Moscou 1/4

    1787823575.jpgLundi 14 avril 2008

    En pleine préparation de mon voyage à Moscou, j’apprends avec surprise et joie que je dispose désormais d’un visa permanent pour la Russie.
    C’est bien sur une excellente nouvelle car cela signifie que je peux me rendre en Russie à ma convenance.
    Un simple coup de fil à Natalia Dmitrievna ma logeuse, une réservation sur Aeroflot, et je peux aller passer un week-end à Moscou sans avoir à justifier de mes dates de séjour.

    Je ne peux m’empêcher de repenser à mes premiers voyages en Russie, il y a 25 ans, lorsque j’attendais quelquefois 3 mois avant de recevoir la lettre d’invitation de mes amis. Des efforts qu’ils devaient consentir (en roubles auprès des administrations) pour obtenir cette fameuse lettre indispensable pour l’obtention du visa.

    Je me souviens aussi des visas des années 80-90 portant la mention « Ville de Moscou uniquement » ce qui rendait mon séjour à la datcha en banlieue illégal !

    Maintenant, je peux aller librement et légalement visiter mes amis à Rostov, Saratov et surtout à Kazan.

    Voilà encore un des effets positifs de la politique de Vladimir POUTINE : ne plus considérer tous les étrangers comme des espions, mais comme des invités de la Russie.

  • Une journée historique

    1015278309.jpg Moscou 7 mai 2008 12h30 1154307939.2.jpg

    C’est avec le protocole impressionnant du Kremlin que s’est produite aujourd’hui la passation des pouvoirs entre le Président Vladimir V. POUTINE et son successeur élu le Président Dmitri A. MEDVEDIEV .
    Enfin une succession à la tête de l’Etat Russe se passe dans drame, ni coulée de sang.
    La Russie prouve avec éclat qu’elle est devenue un état normal, avec des élections libres et une alternance constitutionnelle.
    Pas totalement conforme aux critères des états européens et américain, mais avec sa spécificité appréciée par la population
    Vive le Président MEDVEDIEV, et merci au Président POUTINE !

  • 7 mai 2008 Un grand jour dans l'histoire russe

    513001880.jpg1180251949.2.jpg Le pouvoir politique de la Russie d'aujourd'hui n'a jamais été autant proche du symbole de la nation russe : l'aigle à deux têtes.
    En s'installant au Kremlin, le Président MEDVEDIEV prend démocratiquement et pacifiquement la sucession de celui qui a considérablement transformé la Russie pour en faire un état moderne, constitutionnel et démocratique. Respectueux du droit et attaché à la sécurité de ses concitoyens.
    Dans sa grande sagesse, le Président MEDVEDIEV a demandé à son prédécesseur et inspirateur, le Président POUTINE, de l'aider par son expérience et sa largeur d'esprit, à diriger la grande Russie.
    En effet, pourquoi se priverait-il du prestige du Président POUTINE et de son expérience à la tête de l'Etat ?
    Heureusement, Vladimir POUTINE a accepté la propostion, et la continuité de la politique menée depuis 8 ans est garantie.
    Il est des pays qui ont besoin de rupture pour évoluer, et d'autres qui, au contraire, ont besoin de stabilité.
    La Russie en fait partie.
    Citoyens, investisseurs étrangers, milieux d'affaires, militaires et industriels saluent la stabilité retrouvée.
    Il faut maintenant espérer un changement d'appréciation des Occidentaux, et surtout une émancipation par rapport aux journalistes doctrinaires qui ont fait prendre un retard considérable aux échanges de tous ordres entre l'Europe et les EU d'une part, et la Nouvelle Russie.
    Bonne chance Monsieur le Président
    Merci Monsieur le Président